Photos

Photographer's Note

Perched some 400m above sea level, Lagia (Λάγια) was once the chief town of the southeastern Mani. It comprises 11 villages and settlements. Lagia has numerous towers and tower-houses, a characteristic of Mani architecture. It has also stone walls, dividing the properties. Officially, Lagia municipality has 414 inhabitants, 113 for the city of Lagia. But in reality, the majority of them are living in cities like Sparta or Athens or even abroad.

Visiting Lagia in November on a stormy day is more than a trip… It is an experience. We saw more dogs than people in this desolated village. Most of the stone houses and towers are ruined. And it was quite dangerous to walk trough the city with the strong wind which throws branches and little stones from the high walls.
There is only one “shop” in the village, on the central place, but quite nothing to sale except some simple meat and local strong alcohol (tsipouro). And, when we tried to engage conversation with some local rude and laconic (yes, from Lakonia!) mountaineers, the wind and the rain remind us how life can be hard in this isolated villages.

--------------------------------------------------------
Perchée à près de 400 m au-dessus du niveau de la mer, Lagia (Λάγια) fut le chef-lieu du sud-est de la péninsule de Mani. Elle comprend 11 villages et hameaux. Lagia possède un grand nombre de tours et de maisons fortifiées, caractéristique de l’architecture de Mani. Il y a aussi des murs de pierres, qui divisent les propriétés. Officiellement, la municipalité de Lagia compte 414 habitants, dont 113 pour le village de Lagia. Mais en réalité, la majorité d’entre eux vivent dans des villes comme Sparte, Athènes ou à l’étranger.

Visiter Lagia en novembre par un jour de tempête est plus qu’un voyage… C’est une expérience. Nous avons vu plus de chiens que de personnes dans ce village déserté. La plupart des maisons et des tours de pierre sont en ruine. Et il était relativement dangereux de se promener à travers les ruelles avec ce grand vent qui projetait des branches et des petites pierres depuis les hauts murs.
Il y a avait une seule « boutique » dans le village, sur la place centrale, mais avec pratiquement rien à vendre sauf de simples repas et l’alcool maison, le tsipouro. Et pendant que nous tentions difficilement d’engager la conversation avec ces rudes montagnards laconiques (de Lakonia, oui ça vient de là !), le vent et la pluie nous rappelaient combien la vie peut être dure dans ces villages isolés.

portmanndominic, Cretense, stelli, gildasjan trouve(nt) cette note utile

Photo Information
Viewed: 1775
Points: 16
Discussions
  • None
Additional Photos by Catherine Dijon (CatherineD) Gold Star Critiquer/Silver Workshop Editor/Gold Note Writer [C: 446 W: 18 N: 1132] (4864)
View More Pictures
explore TREKEARTH