Photos

Photographer's Note

Hotel Al Ponte dei Sospiri
San Marco, 381
30124 Venice


Riva, le luxe sur l'eau (Vidéo)

Sur les traces de Carlo Riva, le chantier de Sarnico en Lombardie réalise toujours les plus beaux bateaux à moteur du monde avec des artisans riches d'un savoir souvent hérité de leurs parents.

Les Riva sont plus que des bateaux, ce sont des objets de culte qui incarnent à eux seuls le mythe de la dolce vita ; la lagune de Venise, le lac de Côme ou la Riviera bien avant l’arrivée du tourisme de masse.

Leur design et leurs finitions les rendent reconnaissables entre tous au premier coup d'oeil.

Un Riva, c'est en quelque sorte le "luxe dans le luxe", explique Ferruccio Rossi, le directeur général de la marque.

Les chantiers de Sarnico, au bord du petit lac d'Iseo non loin de Bergame, participent à la légende : les bâtiments, parfaits exemples d'architecture des années 1950 conçus par Carlo Riva (troisième du nom) sont du reste classés.

Très style Repaire de la murène de Franquin, ils ont le charme de ces belles coques que l'on fabrique patiemment dans leur enceinte.

Quatre-vingt-dix unités sortent chaque année du chantier, jamais plus.

Rares et recherchées, faites sur mesure pour des clients du monde entier.

Un Riva se mérite, puisqu'il peut s'écouler de un à deux ans entre la commande et la livraison.

Si Riva dispose désormais d'un second site à La Spezia sur la côte ligure, dédié à la fabrication des plus grands yachts, c'est à Sarnico que s'est façonnée la légende Riva.

Carlo Riva s'est lancé dans la fabrication de bateaux de compétition dans les années 1950.

Très vite, ses petits bijoux deviendront la coqueluche des stars et des têtes couronnées.

La transmission des savoir-faire reste le credo de ce chantier où l'on travaille de père en fils et dont l'enceinte abritera bientôt un petit musée.

Comme souvent en Italie, ce respect des traditions n'est pas synonyme d'immobilisme, car Riva a toujours innové.

À partir de 1969, ingénieurs et architectes, utiliseront pour les coques, la fibre de verre offrant plus de liberté que le bois pour imaginer des formes plus sophistiquées et élégantes.

Mais Carlo Riva ne renoncera pas au bois.

Il le réservera aux plats-bords, plages avant et arrière, garde-fous ainsi qu'aux finitions intérieures.

Propriété depuis 2000 du groupe Ferretti, premier producteur de yachts à moteur de la péninsule, Riva bénéficie du dernier cri de la technologie moderne.

Comme ces stabilisateurs gyroscopiques Mitsubishi, véritables prouesses technologiques qui permettent de boire sa coupe de champagne sans crainte des vagues.

Mais la haute technologie ne serait rien si chaque bateau n'était pas fini à la main.

Et c'est dans le bon enchaînement d'une multitude d'opérations complexes que se concentre tout le savoir-faire Riva.

Ainsi la finition des parties en bois nécessite-t-elle l'application de vingt-quatre couches de vernis marin.

Comme autrefois, comme toujours, vingt-quatre couches, le nombre en a été déterminé par Carlo Riva.

C'est ce qu'il faut pour assurer la résistance des bois à l'eau et au sel ", affirme Amadio Martinelli, chef de l'atelier à Sarnico.

Il sait tout des pièces d'acajou lamellées, patiemment assemblées pour confectionner ces larges plats-bords où il fait bon frimer et bronzer.

Les dix premières couches de vernis sont appliquées au pinceau, pour une meilleure résistance aux griffures et aux chocs.

Il faut un jour entier de séchage entre chacune d'elles, tandis qu'un ponçage est effectué toutes les deux couches.

Le vernis sera ensuite pulvérisé par aérographe, une sorte de pistolet, en cinq à six couches successives avant un grand séchage de sept jours.

Un ultime ponçage est prévu avant l'application des dernières couches de vernis (toujours à l'aérographe) dans un lieu fermé pour empêcher le dépôt des poussières.

Toutes les pièces internes et externes du canot ainsi que les vis sont vernies afin d'obtenir la même unité de ton.

Les zones de passage font l'objet d'un traitement antidérapant.

À Sarnico, les clients viennent constater l'avancement de la construction de leur bateau et choisir la décoration intérieure.

Cuir pleine fleur, moquette en cachemire sont de rigueur comme le choix des plus grandes signatures du meuble italien : B&B, Poltrona Frau ou Minotti.

Rien n'est trop beau pour ces merveilles dont les prix démarrent à 300.000 euros et peuvent monter jusqu'à 12 millions pour les plus grands !

(Article issu de lesechos.fr)

_____________________________ Post-traitement :

PhotoFiltre :
- redressement / recadrage
- niveaux
- netteté
- cadre

ruisc_pt, Flavia trouve(nt) cette note utile

Photo Information
Viewed: 6117
Points: 10
Discussions
Additional Photos by Robert Noulette (robob) Gold Star Critiquer/Gold Star Workshop Editor/Gold Note Writer [C: 583 W: 56 N: 762] (3648)
View More Pictures
explore TREKEARTH