Photos

Photographer's Note

Traditions de Pâques à Corté.


Les Processions
La Corse est un pays de religion catholique et la population attache une importance considérable à certaines pratiques religieuses.
Le dimanche des Rameaux marque le début de la Semaine Sainte. Après la bénédiction des palmes qui se présentent sous la forme de croix appelée «e crucette», chaque famille les ramène et les suspend dans leur maison. La bénédiction, selon les témoignages se passait autrefois, à l'intérieur de l'église, aujourd'hui elle débute place Gaffory devant l'église de l'Annonciation et s'achève sur la place Saint Théophile. Après le dimanche des Rameaux, va débuter la procession du Jeudi Saint «Ghjovi Santu » et du Vendredi Saint «Venneri Santu».
Corté, comme d'autres régions, célèbre avec ferveur les cérémonies du Jeudi Saint et du Vendredi Saint.
Le dépouillement des autels, les statues recouvertes d'un voile, l'extinction des cierges en marquent le début. Les processions marquent dans toutes les régions le moment fort de ce cérémonial, mais les coutumes qui gravitent autour d'elles sont parfois différentes. Ce sont les confréries qui perpétuent les traditions de la Semaine Sainte; elles organisent, dirigent et conduisent les processions. Selon que l'on se trouve en Haute-Corse ou en Corse du Sud, les rites pratiqués ne sont pas les mêmes et portent des appellations différentes : U Catenacciu à Sartène, a Granitula ou Farendola à Corté…
La procession du Jeudi Saint comprend exclusivement les pénitents et les hommes. Les femmes et le clergé n'y participent pas alors que la procession du Vendredi Saint est ouverte à tous. Durant la procession, nous pouvons entendre des chants comme « Perdono mio Dio», « Signore mi pento» qui sont des litanies pénitentielles qui ne font qu'exprimer sous forme d'examen les tribulations de l'ascète qui mène l'homme vers Dieu. (photos 4 et 5).
Trois arrêts devant les oratoires de Saint Théophile, Saint Antoine et de Sainte Croix sont prévus ou certains confrères récitent « l'attu di contrizione »
Le Vendredi Saint, la procession se déroule à travers les rues et ruelles de la ville qui sont illuminées par des centaines de bougies posées par les habitants sur les rebords des fenêtres. (photos 6,7 et 8)

U Sepolcru
Corté est la seule ville de Corse ou l'on vénère le Christ sous la forme du Christ mort, appelé «U Sepolcru». Cette statue du XVe siècle était veillée dès le Jeudi soir par les femmes qui se relayaient à tour de rôle à son côté.
Le Vendredi Saint, elle était portée en procession et le soir, elle était exposée dans l'église.
Ce n'est qu'à ce moment là que la population peut effectuer la visite de deuil.
Ce Christ est en carton mâché. Il est porté par 6 pénitents sur un brancard appelé « u Catalettu ». Ce christ était originellement articulé et peut être était il accroché à la croix? Si tel était le cas on peut penser que les confrères pratiquaient alors tout le cérémonial de la descente de croix dans sa totalité.
C'est à l'occasion de la Semaine Sainte que la statue du Christ mort est rendue à la vénération populaire. C'est seulement du Vendredi Saint au Dimanche que les Cortenais peuvent une fois l'an se recueillir devant l'image du Sauveur. (photo 9)

U Pesciu
Le poisson «u Pesciu», est une branche de palmier tressée en forme de poisson reprenant ainsi la symbolique chrétienne. Sa réalisation nécessite de nombreuses heures de travail
Ce sont 5 pièces qui assemblées n'en formeront qu'une : « dui cherbusgi» (deux choux), le corps du poisson «u pesciu» et «duie rete» (deux filets).
I cherbusgi sont montés sur un roseau. Le poisson est pris dans les filets. Une fois terminé, l'ensemble mesure 1m50 et sèche un an avant d'être brûlé le Samedi Saint de l'année suivante.
Autrefois, u Pesciu était mis aux enchères et permettait ainsi de faire rentrer de l'argent dans les confréries. Quand l'enchère était terminée, l'acquéreur désignait un homme pour porter la croix, sur laquelle avait été déposé le Pesciu. En plus du Pesciu, les confrères confectionnaient les petites croix «e crucette» et trois couronnes d'épines «e curnaghje» que l'on plaçait autour et sur la tête du Christ. Ces trois couronnes de 11 épines chacune correspondaient symboliquement à l'âge de la mort du Christ. (photos 10,11,12).

A Granitula
La procession de la «granitula», (que l'on peut traduire en français par le terme d'escargot «a lumaga») désigne plus largement l'idée de spirale.
Elle symbolise le retour cyclique de la vie et de la nature. C'est après les prières et les chants le Jeudi Saint, que l'ensemble des pénitents forment la « granitula », se resserrant et desserrant en spirale pour symboliser l'union des chrétiens. Puis de l'extrémité du cercle central, un confrère reprend la tête du cortège et la procession se remet en marche. La confrérie en fait exactement 3, se rendant aux endroits ou s'élèvent des édifices religieux :
· sur l'emplacement de l'ancien couvent Saint François
· Place Paoli ou se trouvait l'église Saint Marcel
· Place Gaffory ou s'élève l'église de l'Annonciation

La « granitula » débute et finit par un cercle. Elle est un rite de passage où s'effectuent les initiations.

pazufferey, tomescuc, Nolme trouve(nt) cette note utile

Photo Information
Viewed: 4581
Points: 14
Discussions
  • None
Additional Photos by pedru d'omessa (pedru) Gold Star Critiquer/Gold Note Writer [C: 154 W: 0 N: 68] (1659)
View More Pictures
explore TREKEARTH