Photos

Photographer's Note

Mais qu'est-ce donc que l'AUBRAC ? un plateau, un hameau, une vache, un fromage ? Tout cela à la fois :
L'Aubrac doit son nom à l'ancienne dômerie d'Aubrac à 1350 m d'altitude. Aubrac tire son nom de «Alto Braco» qui veut dire "lieu élevé".

L'Aubrac est un haut plateau volcanique et granitique situé au centre-sud du Massif central et aux confins de trois régions administratives françaises : Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon et Auvergne. Il présente un air de famille avec son cousin le Cézallier et on peut le rattacher comme lui aux hautes terres d'Auvergne. Il est bordé au nord-ouest par les monts du Cantal, à l'est par la Margeride et au sud par les plateaux calcaires des Grands Causses.

La région de l'Aubrac ou monts d'Aubrac ou aussi plateau de l'Aubrac est une zone située à cheval sur les départements de la Lozère, du Cantal et de l'Aveyron. Elle est délimitée au sud par le Lot, au nord par la Truyère et à l'est par la Colagne. Le massif culmine au sud à 1 469 m au signal de Mailhebiau. C'est un massif volcanique relativement ancien (6 à 9 millions d'années) par rapport aux volcans de la chaîne des Puys qui eux, n'ont que quelques milliers d'années. Il prend la forme d'une échine basaltique allongée (30 km de long), de direction nord-ouest/sud-est, surmontant un socle granitique (batholite de la Margeride), et issue soit d'un volcanisme de type fissural (rift) soit, selon les auteurs les plus récents, de plusieurs volcans de type hawaïen (volcan rouge) très rapprochés les uns des autres. Les laves émises sont basaltiques ou de composition proche (basanite, trachy-basalte, téphrite...). On peut toutefois trouver localement des traces d'éruptions plus violentes, comme des pyroclastites sous forme de tufs ou de brèches, en particulier sur les sommets autour d'Aubrac et à Mailhebiau.

Malgré ces éruptions, les sommets de l'Aubrac sont en général peu marqués car les coulées volcaniques ont été fluides et ont semble-t-il construit peu de volcans bien individualisés (ou alors ceux-ci ont peut-être été érodés lors des phases chaudes de la fin du tertiaire). En fait, les rares sommets notables ont plutôt été dégagés par l'érosion glaciaire au quaternaire.

Le climat sur l'Aubrac est rude et le plateau est souvent très enneigé l'hiver. Le massif compte plusieurs petites stations de ski (Laguiole, Brameloup, Nasbinals, Saint-Urcize). Il peut neiger en altitude d'octobre à mai et il peut y geler la nuit presque tous les mois de l'année. Le vent ne rencontre aucun obstacle sur le plateau et balaye la neige, formant des congères parfois énormes qui peuvent rester tard dans la saison (jusqu'en mai-juin). Les précipitations sont abondantes toute l'année et avoisinent les 2 mètres sur les versants exposés. Le vent dominant est celui d'ouest mais le vent de sud apporte parfois aussi brouillard et mauvais temps sur le sud de l'Aubrac (en particulier lors des épisodes cévenols). Les étés peuvent être chauds mais ils sont souvent orageux, les orages pouvant être violents comme dans toutes les zones de montagne.

L'Aubrac est une étape importante sur la VIA PODIENSIS, l'un des 4 chemins qui mène à SAINT-JACQUES-DE-COMPOSTELLE. La via podiensis (ou route du Puy) part de cette localité et passe par Conques après être passée sur l'Aubrac. Cette route coïncide avec le GR 65 et est très fréquentée par les pèlerins à la belle saison.

Sur une extrémité du plateau, le bourg de LAGUIOLE est célèbre pour ses couteaux et incontournable pour se pourvoir en fromage (fourme et tomme fraîche au lait cru de vache).
Deux églises remarquables à visiter : celle de NASBINALS, du 12e siècle, de style roman auvergnat et celle de SAINT-URCIZE avec son clocher à peigne et son déambulatoire unique en haute Auvergne.

La fête du village d'Aubrac est le 15 août. En ce lieu se trouve aussi la « maison de l'Aubrac ».

L'endroit se prête à la cueillette en pleine saison... En particulier celle du thé d'Aubrac consommé en tisane.

La région compte deux stations thermales d'importance notable: la Chaldette et Chaudes-Aigues dont les eaux, à la source du Par, atteignent la température record de 82°C (utilisées entre autres pour le chauffage de la ville).


« C’est comme un morceau de continent chauve et brusquement exondé qui ferait surface au-dessus des sempiternelles campagnes bocagères qui sont la banalité de notre terroir. Tonsures sacramentelles, austères, dans notre chevelu arborescent si continu, images d’un dépouillement presque spiritualisé du paysage, qui mêlent indissolublement, à l’usage du promeneur, sentiment d’altitude et sentiment d’élévation. »

Julien Gracq, Aubrac.

jlbrthnn, jjcordier trouve(nt) cette note utile

Photo Information
Viewed: 1267
Points: 10
Discussions
  • None
Additional Photos by cedric DEVARENNE (DINOZOR) Gold Star Critiquer/Gold Star Workshop Editor/Gold Note Writer [C: 665 W: 59 N: 2931] (16452)
View More Pictures
explore TREKEARTH