Photos

Photographer's Note

Suite de ma série sur le Fascinant CAP CORSE.

Poursuivons notre chemin sur la D80 en direction du sud. Après avoir franchi la Marine de GIOTTANI, nous pénétrons sur la commune de CANARI.

La grande corniche sinueuse surplombe la côte inhospitalière, nous faisant passer par MARINCA un hameau en dessous du village de CANARI. Nous n'y rendrons pas cette fois, ni même à la Marine de Scala ou encore à CANELLE, une antique marine (6e siècle AVJC) fréquentée à l'époque par les marins grecs qui connaissaient la bonne source qui sourd à cet endroit.
CANARI (déformation du mot Canelata) d'une superficie de 16,7 km2, est une antique bourgade fondée au 6e siècle avant notre ère.

Petit rappel historique sur cette commune au passé riche. CANARI a été pris par les AVOGARI avec l'aide de PISE en 1167. Soutenu par l'ARAGON, en 1417 VINCENTELLO D'ISTRIA vice-roi de CORSE, emprisonne André De GENTILE seigneur de CANARI. En 1424, GENES délivre André.
En 1536, Paris GENTILE vend CANARI à un Génois de Saint-Florent mais allié de Sampiero CORSO. En 1554 GENES brûle le château de CANARI.
En 1558 les Français occupent à nouveau le Cap CORSE, CANARI est saccagé par les troupes de Bertrand de MASSES, gouverneur français de Saint-Florent. CANARI se rallie à Pascal PAOLI en 1762.

Aujourd'hui je vous présente une "verrue", un lieu que l'on n'aurait jamais dû laisser abîmer. Il y en a quelques autres, peu nombreux heureusement.
Au sud du hameau d'APRO (parfois orthographié ABRO comme on le prononce), le route revient en corniche à 70m au-dessus de la mer et passe au milieu des laides constructions de l'ancienne usine d'amiante d'ALBO-CANARI.

Découvertes en 1926 les mines sont exploitées industriellement à partir de 1948 mais dans de mauvaises conditions que l'on a su plus tard, pour les poumons des mineurs comme pour l'environnement.
Tous les déchets sont rejetés à la mer. En 17 ans, ils colmatent les marines d'ALBU et de NONZA et par endroit, le rivage est 300 m plus à l'ouest qu'auparavant ! Les mines sont arrivées à produire jusqu'à 25.500 tonnes en 1960. En 1965 date de sa fermeture, l'entreprise occupait 300 personnes.
Désolation suprême : les ordures ménagères locales sont brûlées dans un des puits de la mine !

Sur la photo, vous pouvez voir ce que la mer n'a pas encore repris depuis l'arrêt des déjections des résidus d'exploitation.

Ce jour deux photos Bonus 1 et Bonus 2 pour mieux vous situer l'usine désaffectée de CANARI par rapport à NONZA (site classé)juste derrière, sur fond de Golfe de Saint-Florent.

gildasjan, pierrefonds, Didi trouve(nt) cette note utile

Photo Information
Viewed: 9941
Points: 12
Discussions
  • None
Additional Photos by Pierre BONA (chinchini) Gold Star Critiquer/Gold Star Workshop Editor/Gold Note Writer [C: 1944 W: 407 N: 8017] (31529)
View More Pictures
explore TREKEARTH